Shoping et développement personnel

Essayons de nouveaux vêtements comme de nouvelles pensées

Hier j’ai passé quelques heures à faire du shoping et j’ai finalement acheté quelques vêtements et accessoires pour la maison dont certains ne correspondent pas à l’idée que j’avais en partant pour ma « chasse consommatrice ».

Moutons

Ce matin, une analogie me saute aux yeux avec Le Travail de Byron Katie : lorsque nous essayons de faire entrer de nouveaux objets matériels dans notre vie nous nous ouvrons à un possible changement / nous acceptons l’idée qu’un « autrement » est une alternative plausible et peut-être même meilleure. J’ai mis pendant des années des robes cintrées parce que j’étais persuadée que seul ce type de vêtements pouvait me mettre en valeur. Hier j’ai essayé une robe évasée que l’on fait blouser sur une ceinture. Je m’y suis sentie à l’aise et j’ai aimé la nouvelle silhouette que je voyais dans le miroir.

Il en va de même avec les couleurs et les matières. Après m’être cantonnée au bleu marine comme basique pendant plus de 10 ans, je suis passée au noir et au marron après une visite chez une conseillère en image. C’était comme un bol d’air frais ou la découverte d’un nouveau pays. Il y a quelques années j’ai aussi essayé des vêtements en soie tricotée et j’ai été conquise alors que jusqu’alors je ne voulais en aucun cas déroger au sacro-saint coton.

On peut essayer une pensée tout comme on essaye un vêtement.

Est-ce que cette pensée est vraie ? Est-ce que je peux en être complètement certaine ? Est-ce que ce vêtement est une horreur sur moi ? Est-ce que je peux être complètement certaine qu’il ne me va absolument pas ?

Comment est-ce que je me sens avec cette pensée ? Comment je me sens dans ce vêtement ? Grosse, laide, vieille, vulgaire, coincée, boudinée d’ici, trop maigre de là ?

Comment est-ce que je me sens sans la pensée ? Comment je me sens nue ? Est-ce que par hasard les mêmes adjectifs reviennent qu’avec le vêtement, auquel cas ce sont avant tout mes complexes qui mènent la danse et non le vêtement. Est-ce que si je m’aime et je m’accepte totalement et complètement telle que je suis nue alors je me sens bien dans n’importe quel vêtements ?

Et si j’essaie d’autres pensées, que se passe-t-il ? Est-ce que je peux trouver au moins 3 retournements de la pensée qui soient vrais, authentiques et précis ? Est-ce que je peux trouver 3 vêtements qui aient une forme, une couleur ou une matière complètements différentes et dans lesquels je me sens bien et je me plais. Peut-être dans ma garde-robe actuelle ou passée ou bien en osant rentrer dans des boutiques inconnues et faire le test de la cabine d’essayage.

parapluies

Bien entendu, lorsqu’on a testé toutes sortes de formes, de couleurs et de matières, lorsqu’on a envie d’éviter le placard-capharnaüm et la concomitante exclamation « je n’ai rien à me mettre », il est sécurisant et pratique de suivre certaines règles et d’être fidèle à ce qui marche pour soi et qui s’assortit facilement. Et en même temps « être fidèle » est parfois proche de « se cantonner » ou « se limiter » médiocrement. Alors osons aussi sortir de notre zone de confort, osons tester et envisager de nouvelles choses aussi dans notre vie de consommatrices 😉

Non, la vie ne se limite pas aux gentils et aux méchants, ni au mal et au bien, ni aux pantalons moulants et aux jupes baba-cool. Oui ! Il existe 1000 autres formes, couleurs et matières, 1000 autres pensées, 1000 autres vérités qui sont à notre disposition et peuvent nous ouvrir les portes d’une vie plus harmonieuse, d’une vie plus grande et plus merveilleuse qu’on aurait jamais osé l’imaginer ! 🙂 🙂 🙂

Alors, le développement personnel par le shoping, ça vous dit ? Qui se lance ?

 


Laisser un commentaire